Posted in Cnlii [actu]

A qui profite le temporaire ? rencontre à la Déviation [rencontre préparatoire – 3ème Forum National des Lii]

Artfactories/autresparts (Af/Ap) est né en 2007, de la fusion entre l'association Autresparts, plate-forme de réflexion réunissant des acteurs culturels et des chercheurs autour des relations entre art, territoire et société, constituée en septembre 2000, et l'association Artfactories, centre de ressources à l'échelle européenne sur les friches artistiques et les centres culturels indépendants.
A qui profite le temporaire ? rencontre à la Déviation [rencontre préparatoire – 3ème Forum National des Lii] Posted on 16 avril 2019
Artfactories/autresparts (Af/Ap) est né en 2007, de la fusion entre l'association Autresparts, plate-forme de réflexion réunissant des acteurs culturels et des chercheurs autour des relations entre art, territoire et société, constituée en septembre 2000, et l'association Artfactories, centre de ressources à l'échelle européenne sur les friches artistiques et les centres culturels indépendants.

Dans le cadre de la préparation de “Faire commun(s), comment faire ?”, le 3ème Forum National des Lieux Intermédiaires et Indépendants, Artfactories/autresparts et La Déviation invitent les acteurs marseillais et d’ailleurs à une journée de rencontres et d’échanges, intitulée “A qui profite le temporaire ? Pratiques d’espace en commun(S) et urbanisme transitoire – vers de nouveaux agencements”.

Dans le contexte de l’urbanisme transitoire, la question des friches culturelles et des occupations d’espace par des collectifs d’artistes et d’habitants est revenue dans le débat public. Toutefois, le discours sur les friches s’y énonce quasi essentiellement depuis les intérêts qu’elles suscitent en termes d’attractivité territoriale et de valorisation foncière; de nouveaux acteurs sont apparus, comme de nouvelles pratiques, où s’effacent les enjeux plus proprement politiques de démocratie culturelle et d’émancipation sociale. L’axe de ces pratiques se déplacerait-il ainsi du politique vers l’économique ?

A travers le phénomène de métropolisation, la logique de marketing territorial et le discours sur les industries créatives, caractéristiques du mouvement néolibéral de réagencement de nos institutions, de nouvelles alliances entre puissances publique et privée reconfigurent la figure de l’aménageur et les formes de l’aménagement de nos territoires.

En opposition à cette tendance lourde, de nombreux acteurs de ces pratiques d’occupation travaillent à les constituer et à les énoncer comme communs : communs urbains, communs culturels, communs d’espace, communs transformationnels, logiques coopératives, auto-organisation… Toutes ces manières de formuler le travail du commun manifestent un double effort de tenir à distance tant les prédations publiques que privées qui menacent ce qui tient encore la possibilité d’un monde commun, à l’entre-nous.

Quels rapports entretenir avec les autres initiatives en lutte contre les dynamiques d’appropriation de la Ville, dans le champ des communs et du côté des pratiques d’occupation d’espaces ? Comment les commun(S) participent-ils de l’intérêt général ? C’est dans ce cadre réflexif que se construit le 3è forum national des lieux intermédiaires et indépendants. L’un des enjeux majeurs est de trouver l’endroit où on se retrouve avec les autres acteurs du mouvement des commun(S), pour reconstruire de l’intersectionnalité (territoire//culture innovation sociale//expérimentation artistique).

Venez en débattre le 22 mai !

Merci de nous informer de votre présence ici : cnlii (at) cnlii.org

i > Plus d’infos sur le projet de la Déviation : https://www.ladeviation.org/le-projet/

 

Plus d’infos sur l’événement > rubrique agenda

Artfactories/autresparts (Af/Ap) est né en 2007, de la fusion entre l'association Autresparts, plate-forme de réflexion réunissant des acteurs culturels et des chercheurs autour des relations entre art, territoire et société, constituée en septembre 2000, et l'association Artfactories, centre de ressources à l'échelle européenne sur les friches artistiques et les centres culturels indépendants.