Formation Tertius/Afap

Formation Tertius/Afap Publié le 6 octobre 2020

Détails de l'événement


Les lieux intermédiaires et indépendants : comment faire lieu ensemble ? Quelles dynamiques partenariales ? Quelles relations avec le territoire et la population ?

En partenariat avec le réseau national Artfactories/Autresparts, les Ateliers Intermédiaires et le Bazarnaom à Caen du 3 au 6 novembre 2020 et les 10 et 11 décembre 2020

Un constat général tout d’abord : aujourd’hui, c’est dans des quartiers, par des associations, des lieux intermédiaires et indépendants, par des tiers-lieux citoyens, que s’inventent de nouvelles convergences entre la question urbaine et les enjeux à la fois démocratiques, culturels, sociaux, économiques et climatiques, désormais indissociables.
Comment les territoires dans leur diversité, les collectivités publiques prennent en compte cette nouvelle réalité, ces nouvelles dynamiques, en considérant qu’elles représentent une force véritable pour faire face aux défis actuels ?

La réponse des pouvoirs publics est, le plus souvent, de solliciter les acteurs culturels, les artistes dans le cadre de grands projets urbains afin qu’ils s’y inscrivent soit de manière temporaire – forte tendance actuelle -, soit de manière pérenne. Collectivités et acteurs des projets urbains – parmi lesquels les aménageurs publics ou privés et
les promoteurs – font ainsi appel à la vitalité des milieux artistiques, à leurs capacités à générer de nouveaux imaginaires, à résilier des situations traumatiques, à transmuter des représentations cristallisées depuis fort longtemps.
Il s’ensuit une chaîne de questions, d’interrogations, voire de tensions : sur la compatibilité des finalités, des valeurs, des modes opératoires, des économies des acteurs en présence, entre autres.

Dans cette configuration d’enjeux et d’intérêts publics et privés, qui porte l’intérêt général et quel(s) contenu(s) lui prête-t-on ?
Comment cette phrase de Jean Vilar : « la culture comme service public » se reconfigure aujourd’hui ? Comment chacun.e. participe de ce service public : qu’il soit élu, artiste, acteur culturel, acteur privé ?
Où en est-on de ces enjeux avec l’entrée de nouveaux acteurs privés de l’aménagement de la ville qui intègrent non seulement la ‘dimension culturelle’ mais aussi la construction d’équipements culturels ou la mise en oeuvre de projets économiques touchant à la culture et aux industries culturelles ?
Dans le même temps, des citoyen.ne.s, des habitant.e.s développent des pratiques personnelles, participent ou aspirent de façon croissante à participer à la vie culturelle, sont en attente d’implication réelle, au-delà des sollicitations essentiellement ponctuelles dont ils peuvent être l’objet.
En résumé, par cette formation, il s’agit de produire le cadre d’une approche d’ensemble du phénomène des lieux intermédiaires et indépendants et des conditions concrètes de leurs mises en place :

  • en s’immergeant à Caen dans le projet Drouet porté par les Ateliers Intermédiaires et le Bazarnaom, qui incarne les enjeux de nombre de ces lieux d’aujourd’hui et les thématiques centrales de cette formation,
  • et en travaillant, collectivement, les situations concrètes proposées par les participant.e.s à la
    formation.

Il s’agit ainsi d’élaborer ensemble des solutions opérationnelles adaptées au contexte, des perspectives, du modifiable et d’anticiper les évolutions.

A QUI S’ADRESSE LA FORMATION ? A QUI EST-ELLE DESTINEE ?

Elu.e.s, acteurs culturels salariés et bénévoles, artistes et acteurs associatifs, impliqué.e.s dans
les problématiques d’aménagement urbain et d’actions artistiques et culturelles, et de tout·e·s
professionnel·le·s (social, jeunesse, urbanisme, aménagement, économie, environnement)
considérant la dimension culturelle dans sa transversalité.

QUEL PRINCIPE DE DEROULEMENT ?
Dates : du 3 au 6 novembre et du 10 au 11 décembre

• PREMIER MODULE : DU 3 AU 6 NOVEMBRE 2020
Chaque journée sera organisée en fonction des trois thématiques centrales citées et de leurs
contenus de formations formulés ci-dessus et selon le principe pédagogique d’un.e.
intervenant.e tout au long de la journée avec la démarche d’analyse des pratiques conduite par
les formateurs, et en égalité et réciprocité avec les participant.e.s.

  • le mardi 3 novembre : avec Jules Desgoutte, co-coordinateur du réseau national ARTfactories/Autre(s)pARTs. Il est également, en tant qu’artiste, l’un des membres fondateurs de la friche Lamartine, à Lyon, et du collectif ABI/ABO.
  • le mercredi 4 novembre : avec Fazette Bordage, créatrice de lieux d’Arts et de Culture. Cofondatrice,
    directrice et actuellement présidente de “Mains d’oeuvres” à Saint-Ouen, fondatrice du “Confort Moderne” à Poitiers et du réseau “TransEuropeHalles.
  • le jeudi 5 novembre : avec Sophie Ricard, architecte et urbaniste, collabore avec Patrick Bouchain. Actuellement à Saint Brieuc, précédemment responsable de la ‘permanence architecturale’ de l’Hôtel Pasteur à Rennes (sous réserve compte-tenu de son calendrier –confirmation fin août).

Un déroulé précis de la formation sera envoyé aux participant.e.s après que les formateurs,
Claude Paquin et Geneviève Goutouly-Paquin de Tertius, aient eu un entretien avec chacun des
participant.e.s un mois avant la session de formation.